https://www.youtube.com/watch?v=94G-WGNNtyI

Et y'a rien de plus à dire

2021

Un spectacle totalement autonome, pour lieux non équipés ou plateaux. Dans un dispositif bi-frontal, le monologue d’une jeune fille en rupture, l’histoire de sa réparation par sa rencontre avec l’Autre et avec l’Art. Un texte puissant, plusieurs fois récompensés : aide à l’écriture Beaumarchais-SACD, aide à la création des texte dramatique - ARTCENA, prix PlatO 2020 des écritures théâtrales pour la jeunesse, nomination 2020 Festival Primeurs, nomination 2021 de la saison Gatti. Avec l’aide à la résidence de la Chartreuse-CNES.

Cortège(s)

2019

L'entrée politique, dans un rapport entre l'intime et le monde, a été au cœur de cette production de la compagnie. Dans un espace épuré, sept comédiens ont pris en charge la dimension singulière de ce théâtre de récit. Elle a été pour nous , esthétiquement, l'occasion d'intégrer, outre le jeu, la vidéo et le chant, la question de la danse dans son acception la plus contemporaine, dans une recherche de dramaturgie de plus en plus plurielle.

Wannsee Kabaré

2016

Co-produit par la Comédie de l'Est et les Scènes du Nord et diffusé dans un réseau de théâtre de Ville mais également à la Scène nationale de Forbach, Wannsee Kabaré marque incontestablement un tournant dans les préoccupations majeures de la compagnie. En effet, le spectacle a abordé directement la question politique, et notamment celle de la montée des extrémismes en Europe sur un temps long, dans une forme alliant théâtre et vidéo, déjà expérimentés lors des deux précédentes créations, mais interrogeant également, cette fois-ci, la question de l'insertion du chant et de la musique live dans une forme théâtrale.

S'éclipsent et alunissent

2014

Un spectacle pour marionnettes, vidéo et espace sonore, en extérieur, sur façade, créé sur commande du Festival des Fenêtres de l'Avent. Créé initialement pour un one shot, cette petite forme tout public, nous permettant de réinvestir des outils de créations abordés dans Vivarium S01E02 tout en découvrant les problématiques d'une forme prévue pour l'extérieur, et la singularité du rapport manipulant /manipulé propre à la marionnette, s'est transformé en une forme disponible en extérieur et en intérieur, et a connu une diffusion de quinze représentations, étant programmé notamment au Festival Scène d'Automne en Alsace, et au Festival Coup de Chauffe co-organisé par le CNAR de Niort.

Vivarium S01E02

2012

Seconde grande forme de la compagnie, ce projet fut accompagné en création par l'Agence culturelle d'Alsace et cinq structures partenaires. Il s'est attaché à interroger la possibilité d'un traitement du polar sur scène. Ce spectacle, qui nous a permis d'aborder les interactions entre jeu d'acteur, espace vidéo et espace sonore, au cœur de cette création , a été repris dans le off avignonnais au Théâtre Girasole en juillet 2013, et s'est vu attribuer le prix du meilleur polar théâtral à l'important Festival de Cognac dès l'automne 2013.

Les Soeurs Mézière

2010

Un spectacle où se croisent les registres et les secrets de familles. Une comédie féroce et populaire où affleurent les interdits. Le poids de l’inceste et le spectre de l’anthropophagie sont au cœur de ce huis-clos familial. Un spectacle sélectionné par la commission de programmation des Régionales, réseau de diffuseurs coordonné par l’Agence culturelle d’Alsace.

Histoire de Marie

2009

D'après Brassaï, cette création est le premier spectacle de la compagnie. Marie a quitté son coin de province pour trouver du travail dans le Paris d’après-guerre. Elle voit le monde depuis l’univers qui est le sien : sa petite chambre de bonne. Tour à tour irritante, drôle, aigrie, naïve et touchante, Marie déverse des mots aussi âpres et durs que son existence sevrée d’amour. Ces fragments de vie dessinent une histoire poignante, à la dimension universelle et populaire. Un spectacle sélectionné par la commission de programmation des Régionales, réseau de diffuseurs coordonné par l’Agence culturelle d’Alsace.
https://www.youtube.com/watch?v=eNGKbi-KrJU

Et y’a rien de plus à dire